Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2006 6 11 /02 /février /2006 11:48

 

Aujourd’hui je craque, c’est bien beau de bosser à l’institut mais à part me rendre là où on m’a dit de faire trois courses (donc magasin assez classe pour moi et les gens de l’IIM), je n’ai toujours pas fait le petit tour de repérage en free lance qui permet de se sentir ensuite chez soi.

Alors c’est parti, avec comme unique objectif (raisonnable) de trouver un « alarm clock » je me fais déposer à la limite de mon univers connu et poursuis au hasard.

Environ 20 minutes après et deux quartiers plus loin a pied, je trouve ce que je veux, plus du shampoing fructis pour prendre bien soin de mes cheveux encore vaillants… Et là je continuerais bien mais me retrouve comme un con car je me rend compte que je suis dans une ville de 2-3 millions d’habitants (il me semble) et que comme on prend bien soin de nous pour tout à l’institut, je ne sais même pas si je me trouve à 5 ou 15 km du centre ville, au nord, au sud ? Et là instant magique, pour la première fois je sors mon lonely planet™ que je me suis forcé à acheter pour la première fois en venant ici. Conclusion, je persiste à croire que pour l’essentiel, il faut éviter de se référer au guide. Si je m’en réfère à la Polynésie (autres conditions je l’admet), rien de ce que j’ai pu faire là bas ne me serait arrivé si j’avais pris mes infos dans un guide (c’est assez flagrant comme finalement il renvoie invariablement vers les lieux communs, ou qui le deviennent de fait apres publication dans ces "references"). Mais pour le coup, le petit plan d’Amdavad glissé en page 634 est quand même assez pratique pour comprendre un peu la topographie des lieux après deux bidouilles d’un hindi en anglais.

A partir de là c’est que du bonheur, maintenant que je sais où est le nord et que vu la distance je m’aperçois qu’il est vain de tenter de rallier le fleuve à pieds, facile d’indiquer à un pilote (c’est bien le terme !!) le « Neru Bridge » et « across ».

Ensuite, il est difficile de décrire le reste. Ce qui vient en premier sont les poncifs habituels, entendus et re-entendus : les bidonville au pied du luxueux hôtel meridien… Je vous épargnerai donc les photos de vaches sacrées en liberté et de dromadaires tirant des charrettes en plein centre ville. Je vous épargnerai aussi les photos de mendiants infirmes ou handicapés, de stands de fruits bricolés sur trois cageots à roulette et de campements d’intouchables vivant un peu partout sur les trottoirs. Il est vrai que rien n’est exagéré dans les descriptions que j’avais pu entendre auparavant. Mais comme je le précisais récemment, ce n’est pas tant la violence ou le choc du spectacle qui compte, que le regard instantané que l’on porte quand on y est confronté.

Hors, vendredi 10 février, je me sens à Amdavad comme si j’y étais depuis un ou plusieurs mois. Je déambule sans me poser de questions ; si dans une ruelle je sens le regard des gens un peu trop surpris de me trouver ici, je bifurque pour rejoindre une avenue plus ouverte et animée (ne tentons pas le diable non plus, n’oublions pas qu’avec 200€ je vais vivre, payer mon loyer et la nourriture pendant trois mois dans le Kutch ; donc avec mes quelques milliers de roupies dans la petite pochette contre ma poitrine et mon appareil photo compact canon™ je peux faire vivre une famille pendant quelques mois ou années). Je profite de l’ambiance et suis moins sollicité par les vendeurs que je ne l’aurais cru, c’est à l’aise.

Comme je l’ai déjà dit, à ma grande satisfaction, tout me parait plus ou moins normal. Je suis ici, dans une réalité autre que l’occident, que rien ne peut me rappeler, l’extrême y est normal et il n’y a pour ainsi dire aucune tentative consciente ou inconsciente de comparaison, donc pas non plus d'echelle de tolerance.

Restent des impressions, générales, un certain émerveillement devant certains tissus, pour certaines odeurs, pour deux trois petits mots échangés qui finissent par une bonne blague et un bon éclat de rire entre deux personnes qui sont bien trop différentes pour être amies un jour. Reste aussi la découverte, non pas émerveillée mais curieuse de cette ville étrange, poussiéreuse grouillante. Ici, tout peut faire l’objet d’un commerce, le moindre prétexte de service peut faire subsister quelqu’un. Je souris en voyant cet homme dont la seule fortune est un pèse personne flambant neuf, qui attend entre deux vendeurs aussi improbables que lui, que quelqu’un souhaite connaître son poids moyennant quelques roupies. J’observe les vieux bâtiments tout droit sortis d’un film quelconque qui ne tiennent que par la volonté des nombreux passants qui en longent les cinq étages. Ou encore les bâtiments neufs, élevés à bras d’homme et qui sitôt finis sont recouverts de poussière et d’une patine qui leur donne bien un demi siècle.

En fait parfois me vient l’idée saugrenue que ces bâtiments doivent être vides tant l’activité se passe dans la rue. Ils sont là pour le décor, mais les gens vivent dehors. Ou bien, encore plus probable, c’est aussi bourdonnant et peuplé dedans que dehors. Voilà la ville.

Je ne suis pas trop tourisme monuments et musées (donc pas trop photos comme vous vous en rendez compte) mais je suppose tout de même qu’il faudra que je me force à rouvrir mon Lonely Planet™ avant de partir afin de ne pas passer à côté d’un temple extraordinaire ou d’un spectacle inoubliable. En attendant, dimanche, départ pour Bhuj et le site minier au fin fond du kutch où sera mis en place le condenseur. Donc pas d’Internet là-bas, je pense tout de même vous confier quelques impressions à intervalle de quelques semaines.

Une bonne bise à tous, la prochaine fois si c’est un peu moins boulot je vous invite, ça serait assez sympa de faire un petit rond à deux trois pingouins dans ces contrées incroyables. Mais pour l’heure c’est très axé travail et résultats ! Ils ne rigolent pas ici, d’ailleurs j’ai du me déguiser aux couleurs locales, je vous montre c’est assez marrant. Rassurez vous, je ne vais pas me promener en ville comme cela…

A bientôt

 

Partager cet article

Repost 0
Published by tiwen - dans Inde
commenter cet article

commentaires

Christiane 04/03/2006 23:28

J'espère que on message survole l'épaisse couche de neige qui, paisible et taciturne qu'elle est, invite à fermer les yeux et à  ... oups... se retrouver dans le bain de bruits inconnus, bouche bée  grâce à des impressions multiples, surprise par de  jeunes hommes se promenant lonely sur la planète!Quelle vie, jeune homme!

tiwen 15/05/2006 01:59

Merci Christiane,Belle ballade en effet, beaucoup de travail mais de fait beaucoup d'impressions. Inutile de préciser que trois mois en Inde constituent une expérience riche. J'espère que vous prenez du plaisir à me suivre dans mes descriptions subjectives. J'ajouterais "quel instant de vie, jeune homme" car qu'en sera-t-il dans quelques mois après la thèse? J'espère avoir encore des choses à raconter.

aline 18/02/2006 14:23

mais regardez moi quelle classe !!! mais où est ce jeune homme de 26 ans qui joue du reggae et du rock à moitié psyché sur une glacière place de la comédie !! plus rien à voir mais ça vaut le coup!!!

tiwen 15/05/2006 01:52

C'est vrai, fini le temps du vidage de glacière avec une paire de baguettes. Une autre vie avec cette thèse, d'autres expériences et quelques amis et habitudes à laisser de côté... Provisoirement je pense.

youn 11/02/2006 12:02

Waow... ça y est tu viens d'apparaitre... Couleurs locales?... Waow! quel classe ;)

tiwen 11/02/2006 12:15

n'est ce pas?

youn 11/02/2006 11:59

Coucou! je crois que tu est en train de modifier en direct... hé hé!... Et c'est assez drole! :) bien le bonjour!

tiwen 11/02/2006 12:19

Coucou p'tite soeur, en effet, je prends un petit moments entre deux problemes de programmation, car demain nous partons a la limite avec le Pakistan sur la mine de lignite... Il serait bon alors que je puisse leur presenter quelques resultats. J'ai vu des photos, il s'agit d'une immense ;ine a ciel ouvert, mais ca va me plaire, bonne experience a mon avis.
grosse bise a tout le monde

Contacter L'auteur

  • : Itinérance rosée
  • Itinérance rosée
  • : La rosée naturelle comme ressource alternative en eau douce et potable. Expériences en Inde, Croatie, Polynésie, Maroc...
  • Contact

Recherche

Double Clic!

Voici quelques liens "amis" que je recommande :

OPUR bien sûr, développement de la rosée comme ressource alternative en eau
International Organization For Dew Utilization



pour un aperçu, poster thèse condensation de rosée lauréat concours innovation POLLUTEC


undefined
L'agence d'architecture écologique Archi&co à Montpellier que j'ai rejoins pour la simulation des transferts thermiques et des comportements des matériaux utilisés (bois, paille...)

Système constructif modulaire Dhomino pour la construction de maisons, habitat et logements collectifs, tertiaire

Préfabrication 3D ossature bois et basse consommation BBC-Effinergie conçu par  Archi&co.


Site de l'association l'Abeille en Jeu, en route pour la découverte de ce monde passionnant, qui nous est si vital, pour les petits, les grands, les apiculteurs amateurs et les scolaires : "L'Abeille en Jeu"


Jazz créole que je ne me lasse pas d'écouter, extraits du nouvel album du Jazz Kreyol Trio "Nos Richesses"

jazz kreyol trio NosRichesses

Groupe de musique La Bise à Madame, musique plurielle, voyageuse, baisé volé... http://www.facebook.com/Labiseamadame


 

Plus récemment, playlist du groupe "La Bise à Madame en suivant ce lien.

JOBE, notre fabuleux groupe de compos indéfinissables. Photos et  Extraits de notre albOum enregisté dans le potager (2002)... grands moments de second degré.

Exposition virtuelle d'oeuvres réelles de Erico-ArDko-à-suivre


Céline a réalisé quelques vidéos pour LaPupille...

 

Site météo fiable qui sert aussi bien à prévoir la rosée qu'une grosse brafougne à sortir  petite voile et casque bleu pour une meilleure médiation avec les éléments. Voir aussi WINDGURU.


DIVERGENCE FM online, la meilleure radio, et qui a besoin d'être soutenue...

Un site incontournable, AMNESTY INTERNATIONAL. Actions faciles, cliquez AGIR/ACTIONS URGENTES/

 

 

Articles Récents